à regarder l'Apocalypse, à attendre la fin de l'éclipse

More
    Home Alain Damasio

    Alain Damasio

    Alain Damasio est sans doute l’un des auteur le plus reconnu de la science-fiction française contemporaine. Particulièrement remarqué pour son chef-d’œuvre La Horde du Contrevent (La Volte, 2004), il est également l’auteur de La Zone du Dehors (Cylibris, 1999) et d’un grand nombre de nouvelles. Son troisième roman, Les Furtifs (La Volte 2019), a fait grand bruit lors de sa parution quinze ans après La Horde.

    Les romans et nouvelles d’Alain Damasio dénotent dans le paysages science-fictionnel par leur dimension ouvertement politique, poétique et philosophique. Inspiré par Deleuze, Nietzsche, Spinoza, Bergson et Foucault, Damasio utilise le roman à la manière d’un outil d’émancipation et de réflexion apte à charger le texte d’une vie, ou d’un souffle propre. Son rapport à la littérature en mobilise toutes les dimensions : signifiante, sonore, visuelle, haptique. Ce qui explique l’intérêt d’Alain Damasio pour les projets sonores, fictions, poésie slamée, spectacle vivant, etc. Il participe à de nombreux projets liés au spectacle vivant, au son et au jeu vidéo depuis des années notamment avec des artistes comme Rone, Yann Péchin et Floriane Pochon.

    alain damasio
    Alain Damasio, crédit photo Maison d’Ailleurs, Lausanne.

    Les livres d’Alain Damasio

    Bien qu’ayant contribué à de nombreuses publications collectives, recueils de nouvelles et périodiques, Damasio a été principalement remarqué pour les ouvrages suivants :

    • La Zone du Dehors, Cylibris, 1999.
    • La Horde du Contrevent, La Volte, 2004, Grand Prix de l’Imaginaire.
    • Aucun souvenir assez solide, La Volte, 2012 (recueil de nouvelles).
    • Les Furtifs, La Volte, 2019.

    Voir toute la bibliographie sur Wikipédia.

    La Zone du Dehors

    zone du dehors

    Le premier roman d’Alain Damasio est une mise en fiction de Surveiller et Punir (Michel Foucault) et du Post-scriptum sur les sociétés de contrôle (Gilles Deleuze) dans un cadre d’anticipation. Le roman met en scène la résistance d’un groupe d’activiste, la Volte, face au totalitarisme mou de la sociale-démocratie hyper-normée et mortifère de la cité-État de Cerclon.

    Premier roman et déjà philosophique, La Zone se veut le digne successeur de 1984 (George Orwell) en décrivant les mécaniques de la domination et du contrôle (étatique, privé, interpersonnel…) dans une société d’apparence démocratique. Alors qu’aucune tyrannie au sens classique du terme ne s’applique à eux, les personnages de la Volte prônent l’évasion vers un Dehors fantasmé, plus libre, plus vivant.

    La Zone du Dehors à fait l’objet d’une autocritique de la part de son auteur dans un texte court intitulé La Zone du Dedans, réflexion sur une société sans air publié à la Volte aux côtés de la « compression » de Benjamin Mayet Le Dehors de toute chose.

    Tous mes articles sur La Zone du Dehors.

    La Horde du Contrevent

    horde du contrevent, édition 2014

    La Horde du Contrevent est un roman philosophique qui met en scène un monde modelé par des vents furieux. Il fait le récit choral d’une compagnie de personnages déterminés à trouver l’origine du vent, l’Extrême-Amont, dont ils espèrent qu’il saura répondre aux grandes questions de l’humanité. Ils dédient leurs vies à sculpter les liens qui les unissent et les vifs qui leurs insufflent la force vitale, pour surmonter l’épreuve de leur vie entière.

    Construit comme un ensemble de métaphores littérales des pensées de Nietzsche, Spinoza et Deleuze, le roman tâche d’apporter des éléments de réponse à la question « qu’est-ce qu’être en vie ». Il le fait avec d’autant plus de force que la forme poétique qu’il déploie à travers les voix de vingt-trois personnages transcrit directement son propos philosophique global. Un chef-d’œuvre philosophique et poétique primé en 2005 par le Grand Prix de l’Imaginaire.

    Horde du contrevent damasio analyse
    L’étoffe dont sont tissés les vents, une analyse de La Horde du Contrevent par Antoine St. Epondyle

    En 2019 est paru mon analyse de La Horde du Contrevent : L’étoffe dont sont tissés les vents. L’aboutissement de plusieurs années de travail d’analyse sur les rouages philosophiques de ce roman mémorable. En savoir plus.

    Tous mes articles sur La Horde du Contrevent.

    Aucun souvenir assez solide

    Recueil de nouvelles d’Alain Damasio publié chez La Volte, Aucun souvenir assez solide regroupe des textes relativement anciens publiés dans diverses revues. Certaines comme So Phare Away ou Les Hauts-Parleurs ont depuis connu un succès mérité tant la langue particulière qu’elles déploient est au service du propos poétique radical et incisif d’Alain Damasio.

    La particularité des nouvelles ici présentées est de pousser très loin leurs concepts narratifs et leurs métaphores littérales pour évoquer des univers de science-fiction foncièrement liés au langage. Dans chacune des nouvelles d’Aucun souvenir assez solide, les personnages cherchent des voies d’émancipation et des lignes fuite vers plus d’ouverture dans des mondes en proie aux grandes forces de la pesanteur, de la fatigue d’être et de la récupération mercantile.

    Les Furtifs

    FURTIFS damasio

    Troisième roman d’Alain Damasio, Les Furtifs explorent la société de contrôle et de surveillance (issue de Foucault) notamment esquissée dans La Zone du Dehors, et développe plusieurs pistes pour y échapper. Les Furtifs invitent à renouer avec le vivant jusqu’à développer une hybridation nouvelle permettant d’échapper aux tentations mortifères du contrôle et de la surveillance d’un capitalisme totalitaire. C’est une déclaration d’amour aux mouvements militants en même temps qu’une utopie radicale pour la lutte écologique.

    Le rapport au vivant initié dans La Horde se développe et fleurit. Dans leur quête pour retrouver leur fille, les personnages des Furtifs apprennent à percevoir le vivant dans les interstices de leur société de contrôle. Ils redécouvrent ou réinventent leur lien à la terre via l’empathie plutôt que la chasse, par le jeu plutôt que par le contrôle. Un roman magnifique où la typographie en floraison joue un rôle narratif pour souligner le récit et développer son rapport aux sens, au son, et à l’ouvert.

    Tous mes articles sur Les Furtifs.

    *

    Mes articles sur l’œuvre d’Alain Damasio :

    Mes interviews d’Alain Damasio